Qui est l’abbé Julio ?

Prier pour la guérison ? Certaines personnes utilisent un livre de « l’abbé Julio », Grands secrets merveilleux pour aider à la guérison de toutes les maladies physiques et morales. Ce qui se présente comme un recueil de prières pour la guérison est en fait un livret de formules de magie blanche déguisées en prières, illustré de quelques signes ésotériques… Mais qui est cet abbé Julio ? Le livre de Bernard Vignot, Le Phénomènes des Églises parallèles, publié au Cerf en 2010, nous donne les renseignements nécessaires.

À la même époque que Joseph-René Vilatte vivait un autre personnage qui continue à avoir beaucoup d’adeptes, c’est l’abbé Julio (de son vrai nom Jules Houssay). Il était né en Mayenne à Cossé-le-Vivien, le 3 mars 1844, dans un milieu populaire. Son père était maçon.
Attiré par le sacerdoce, il entre contre la volonté de sa famille au séminaire diocésain. Ordonné prêtre en 1867, à Laval, il devient tout d’abord vicaire du Grand-Oisseau.
La guerre de 1870 éclate. Il s’engage alors comme aumônier des volontaires de l’Ouest, du général Cathelineau. Il se distingue à maintes reprises par son courage, son dévouement et son héroïsme. Après la guerre, démobilisé, on le retrouve comme vicaire en 1871 à Juvigné (toujours dans le département de la Mayenne) et en 1873 à Javron. Des problèmes de santé, sans doute consécutifs à la guerre, le conduisent en 1875 à être hospitalisé à l’hôpital militaire d’Amélie-les-Bains. À sa sortie, on le retrouve comme précepteur à La Ferté-Macé ; puis de nouveau vicaire à Izé en 1877.
Ces nombreux déplacements dénotent sans doute un esprit instable car, en 1878, il monte à Paris et se voit confier un vicariat à la paroisse Saint-Joseph. Mais Jules Houssay a du caractère, il s’oppose vite à l’ultramontanisme ambiant et, par divers écrits, dénonce l’attitude du clergé et des faux dévots (il va même jusqu’à traîner en justice pour escroquerie deux laïques proches de l’archevêché). L’archevêque de Paris se fâche et le mute à la paroisse Sainte-Marguerite (11e arrondissement), le 28 février 1885.
Jules Houssay n’en reste pas là. Il démissionne et s’installe à Belleville. Là, il donne des leçons particulières (il faut vivre) et devient comptable dans une usine. Ces occupations ne l’empêchent pas de rester combatif et de poursuivre ses publications. Il fonde d’ailleurs à cette époque un journal voué à la défense des petits curés et des vicaires. Reprenant un vieux titre, il le baptise L’Ami du clergé (1887-1889). De nombreux prêtres libéraux collaborent à cette revue et c’est là que l’abbé Jules Houssay signera pour la première fois ses articles sous le pseudonyme de « L’abbé Julio ». En 1888, il collaborera au journal (socialiste ?) L’Ami de l’humanité, et animera une feuille périodique, La Tribune populaire. Il fondera alors L’Étincelle et parallèlement à cette presse de combat publiera de nombreux ouvrages polémiques dont les titres parlent d’eux-mêmes : L’Archevêque de Paris et les dames de carreaux, Passibonqueça, Histoire d’un curé de Paris, Un forçat du bagne clérical.
Tournant essentiel dans la vie de l’abbé Julio, il rencontre, en 1888, un célèbre magnétiseur, Jean Sempé, qui va faire de lui un « magnétiseur mystique ». De nombreux malades affluent et viennent consulter l’abbé Julio qui, comme le lui a appris son maître, magnétise et guérit par la seule force de la prière en utilisant ses rituels. Mais comme l’archevêque de Paris s’inquiète de ce phénomène qui prend de l’ampleur, il cherche donc à récupérer l’abbé Julio et à l’éloigner de la capitale. Il l’envoie dans une petite cure à Pont-de-Ruan en Touraine, où Jules Houssay continue à étudier l’œuvre d’Origène, poursuit son ministère en imposant les mains aux malades qui continuent à venir nombreux. Dénichant un « Bénédictional romain » de 1685, il commence à rédiger son livre désormais célèbre : Grands secrets merveilleux pour aider à la guérison de toutes les maladies physiques et morales. La première édition date de 1907 et ce livre fera l’objet de nombreuses rééditions. Il finit par démissionner en 1898 et s’installe à Fontenay-sous-Bois, en banlieue parisienne. Il y reçoit la visite de Mgr Vilatte et ce dernier, convaincu de la nécessité pour l’Église d’avoir une structure épiscopale, persuade l’abbé Julio d’adhérer à ce projet.
En 1901, l’abbé Julio installe une chapelle à Paris (rue Vernier, dans le 17e arrondissement) puis à Vincennes (170, rue de Fontenay) en 1903.
Le 4 décembre 1904, il reçoit la consécration épiscopale des mains de Mgr Paolo Miraglia (consacré par Joseph-René Vilatte) sur mandement de ce dernier. Mgr Houssay devient alors le chef d’une « Église catholique libre de France » dont il sera le conducteur. Il ordonnera de nombreux prêtres mais ne consacrera qu’un évêque (Mgr Giraud) qui créera l’Église gallicane de Bordeaux. Mais Giraud sera lui-même à l’origine d’une très nombreuse descendance épiscopale. Il décédera le 12 septembre 1912.
Quelques réflexions inspirées de l’itinéraire de ce personnage.
L’abbé Julio, bien que gallican au fond de lui-même et provocateur-né, a mis au point le profil même du « prélat guérisseur », dès la fin du XIX è siècle. L’image était ainsi créée. Ce prêtre représente l’archétype de tous les ecclésiastiques qui se sont investis eux-mêmes d’une mission et d’un pouvoir, Il a élaboré une doctrine et une méthode à partir des bons vieux rituels et sacramentaires des siècles passés. Il a su composer habilement un syncrétisme catholique fait de religion populaire, de pratiques cultuelles légitimes, de culte des saints et de doctrines gnostiques, théosophiques et spirites. Il a su capter les attentes spirituelles d’une couche relativement importante de populations sans formation religieuse particulière ; il en a fait son gagne-pain et a laissé à ses disciples et successeurs le soin de parfaire sa méthode.
Dans l’édition de 1907 de son ouvrage : « Grands secrets merveilleux …», il rappelle quelques principes :
La prière peut tout, et elle obtient TOUT. C’est la Parole de Dieu : « Tout ce que vous demanderez en mon nom vous l’obtiendrez » (…). Si les prêtres VOULAIENT, ils accompliraient de merveilleux prodiges ; mais la plupart ne savent pas beaucoup ou ne veulent plus, et quelques-uns qui voudraient ne l’osent pas (…). Nous, prêtres du Christ, nous avons TOUTE-PUISSANCE par le Christ. Sacerdos alter Christus. Nous sommes d’autres Christ ayant MÊME pouvoir de sauver, de pardonner, et guérir. Quand nous agissons en prêtres, ce n’est plus nous qui parlons, c’est Jésus-Christ qui parle par nous et qui est forcé de nous obéir en tout ; entendez bien EN TOUT ! Nous créons à nouveau Jésus-Christ, pour ainsi dire ; nous donnons Dieu À QUI NOUS VOULONS ; nous pardonnons À QUI NOUS VOULONS ; nous COMMANDONS aux démons qui seront toujours forcés de céder, si NOUS VOULONS; nous COMMANDONS aux âmes ; nous avons à notre insu, même sur les plus incrédules, une énorme influence ; nous COMMANDONS aux esprits mauvais et aux mauvais esprits, nous COMMANDONS À TOUTES les créatures par la foi et la prière ; et si nous savons notre VOULOIR, la douleur, la maladie, céderont sous notre VOULOIR DIVIN. Rien par nous-même, tout au nom de Jésus ! [Préface].
Cet avant-propos me rappelle ce qu’un évêque d’Église parallèle écrivait, il y a quelques années, à des guérisseurs qu’il invitait à le rejoindre. On retrouve encore une fois dans ce texte cette théologie qui fut à l’honneur tout au long du XIXe siècle et qui reste encore bien ancrée dans les mentalités. Le « prêtre, autre Christ ». C’est vrai, d’une certaine manière, mais l’abbé Julio a renforcé à son profit ce caractère pour en faire un « pouvoir » dont est sorti un anticléricalisme encore bien vigoureux. Il a appliqué dans toute sa rigueur la théologie qui lui fut enseignée au séminaire. On comprend qu’un bon nombre d’esprits soient séduits par ces propos. Quelqu’un qui « a un don » et qui est de plus assez mystique, se trouvera entraîné dans un univers qui lui apportera pouvoir, puissance et aisance. C’est ainsi que naissent et prolifèrent les Églises parallèles.
Extrait de : Bernard Vignot, « Le phénomène des Églises parallèles », Cerf, 2010, pp. 65-67 & 74-75

23 thoughts on “Qui est l’abbé Julio ?”

  1. Jésus dit aussi : « Ce n’est pas en me disant : « Seigneur, Seigneur », qu’on entrera dans le Royaume des Cieux, mais c’est en faisant la volonté de mon Père qui est dans les cieux.
    Beaucoup me diront en ce jour-là : « Seigneur, Seigneur, n’est-ce pas en ton nom que nous avons prophétisé ? en ton nom que nous avons chassé les démons ? en ton nom que nous avons fait bien des miracles ? »
    Alors je leur dirai en face : « Jamais je ne vous ai connus ; écartez-vous de moi vous qui commettez le mal. » (Mt 7,21-23)

  2. Bonjour,je suis le diable et je viens pour vous chatouiller les doigts de pieds car avec vos neurones je constate qu’il n’y a plus rien à faire,et j’espère que vous avez pris un bain de pieds car à moi tout seul je pue déjà assez comme ça. Hi!Hi!Hi!Hi! J’espère vous faire rire pour vous décoincer un peu et si vous ne riez pas,tant pis pour vous.Hi!Hi!Hi!Hi!

    Que nous dit le christ dans la bible sur l’usage de son nom :
    Marc 38-40: Jean lui déclara: Maitre,nous avons vu quelqu’un qui chassait des démons en ton nom,quelqu’un qui ne nous suit pas,et nous voulions l’en empêcher,parce qu’il ne nous suivait pas.
    Jésus dit: Ne l’empêchez pas,car il n’y a personne qui fasse un miracle en mon nom et qui puisse sitôt me maudire,car qui n’est pas contre nous est pour nous.

    Luc 49-50: Prenant la parole Jean dit: Chef,nous avons vu quelqu’un chasser les démons en ton nom, et nous voulions l’empêcher,parce qu’il ne te suit pas avec nous. Jésus dit:N’empêcher pas,car qui n’est pas contre vous est pour vous.

    Père Auzenet,merci de donner une explication sur ces deux passages pour vos ouailles,sinon je viendrais vous hanter toutes les nuits. Hi!Hi!Hi!Hi!

  3. il y a magie dès lors qu’on n’accepte pas la vie comme elle nous est donnée… on est pas bien, on formule une demande à Jésus (ou à un intercesseur), c’est logique et permis(il nous faut demander). Une fois la demande formulée, il nous faut être attentifs aux signes : pardon à donner, à recevoir, tant de choses qui sont des freins à notre guérison, à notre mieux être. la magie veut passer outre ces signes, elle gonfle notre orgueil alors qu’il faut pour être guéri faire preuve de beaucoup d’humilité. il nous faut couper des liens mauvais, mais restaurer les liens d’amour, sinon, la Vie ne circule plus.

  4. Bonjours a tous
    je suis catholique romain
    Pour ma part je croit qu’il est dangereux de lire et de faire les prières a l’abbé julio
    car il mélange magie et chrétienté ça ressemble beaucoup au gnostiques
    d’apres moi il y a du vrais mais la majorité des gens n’ont pas assé de connaissance pour
    être capable de controller ç’est force et il le dit lui même que ç’est dangereux et que l’église catholique a raison de défendre au fideles de jouer avec çes rituelles d’ailleur Saint Paul était contre c’est pratiques des gnostiques comme celle de Simon le magicien qui jouait avec ç’est forces surnaturelle Oui il y a surement du vrais mais le malin peut s’y glisser facillement donc DANGER

    DONC SVP DITE DONC DES PRIÈRE APROUVÉES ET DE TOUTE MANIÈRE Ç’EST LA FOI SEULLE EN NOTRE SEIGNEUR QUI GUÉRIE CAR COMME IL LE DIT
    Marc 11:24 C’est pourquoi je vous dis: Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu, et vous le verrez s’accomplir.
    Matthieu 21:22 Tout ce que vous demanderez avec foi par la prière, vous le recevrez

  5. Merci cher dieu… mais c’est bien la première fois que j’entends dieu nous insulter !

    Le long fil de discussion passionnée autour de l’Abbé Julio me laisse à penser que cet article démasque un GROS mensonge : celui de faire passer la magie blanche pour de la religion !

    Mais il faut se rendre à l’évidence.

    Amicalement.

  6. Réponse au message du 5/12/2011
    Merci de nous rappeler la merveilleuse prière qu’est le Notre Père , c’est vrai qu’elle se suffit à elle même.Cette prière se dit avec le coeur et seules les personnes qui la disent chaque jour du fond du coeur en prenant conscience de chaque paroles savent le bienfait qu’elles en retirent.
    Dans ce monde d’exploitation cette prière est une sauvegarde,c’est vrai qu’il faut en ressentir toute la subtilité.Et si je puis m’exprimer ainsi : après Dieu fait le reste !

  7. Juste, un petit bonsoir…

    Pour la question du double effet, voulez-vous regarder le diaporama situé en 5° position sur cette page :
    http://charismata.free.fr/?page_id=420
    Il fait mieux comprendre qu’on peut remonter du dysfonctionnement psychique et spirituel à la cause située dans l’impact occulte demandé et reçu…

    Je ne connais pas le bénéditoire de 1685, mais les formules gnostiques, ésotériques, théosophiques, spirites, peuvent donner lieu à des compromissions diaboliques…

    Bien amicalement

  8. P.Auzenet,

    Je vous suis très reconnaissant d’avoir initié ce sujet…

    Vous avez écris le 27 février 2011 que la magie blanche a un double effet dont le second arrive tellement logntemps après qu’il est difficile de faire le lien.Comment est on alors arrivé à faire le lien entre les deux? Pourriez-vous donner des exemples précis?

    Julio s’inspirait largement d’un vieux bénéditoire de 1685, puis de formules gnostiques, théosophiques et spirites.Lequels de ces éléments sont ils diaboliques d’après vous?

  9. La magie blanche, à la différence d’une prière exaucée par Jésus, ne procure pas de vraie guérison. On reconnaît donc que ce qui s’est passé vient de la magie au caractère non-permanent, et d’autre part aux dysfonctionnements engendrés par le second effet.

    Jésus ne nous a jamais parlé « d’énergies ». Mais de la personne divine de l’Esprit Saint. Rien à voir avec « les énergies »…

    Nous devons lutter contre la souffrance, bien évidemment. Mais quand la croix est là, Jésus, à certains moments, nous fait comprendre qu’il nous appelle à la vivre en union avec la sienne, pour porter du fruit de rédemption, et non pas à la supprimer par touts les moyens, y compris magiques (or toute magie est d’origine diabolique, contrairement à ce que vous pensez). Il y a là un choix clair à faire.

    Amicalement.

  10. Bonjour,
    D’abord merci pour ce site, fort intéressant et enrichissant.
    Je voudrais revenir à une partie du commentaire écris le 27 févr. 2011 par le Père Auzenet: « La magie blanche opère à double effet : dans un premier temps, le petit (ou grand) bien-être que vous demandez; dans un second temps, assez longtemps après pour qu’on ne puisse faire le lien entre les deux, un dysfonctionnement spirituel et psychique, signe d’un lien occulte et d’une porte ouverte en direction du démon, à la porte duquel finalement on est venu frapper. »
    Alors ma question là dessus est: comment en est-on si sûr que le fait de guérir ou faire du bien à une personne par la prière relève de cette « magie blanche » cité au dessus?
    Et cela va de paire au faite que si il existe la magie noire il faut aussi la soi-disant magie blanche qui opère au contraire avec l’aide de la lumière blanche, donc est du côté de Dieu et NON influencé, est ni en camouflage avec les forces ténèbres qui serait la magie noire.
    Moi je préfère dire « bonnes forces et bonnes énergies » versus « mauvaises énergies et énergies négatives ». Je suis certaine que si l’on utilise correctement donc avec bienveillance et amour pur les aides et énergies de la lumière blanche cela ne peut en aucun cas se retourner contre la personne qui à eu recours à cela.
    Parcontre, bien évidement les forces négatives rodent toujours quelque part et ils attaquent quand nous en sommes pas conscient ou en état de faiblesse. C’est cela qu’il faut éviter et combattre. Par la prière et par le reéquilibrage de nos propres énergies.
    Autre question: svp, pouvez-vous mieux éxpliquer ce que vous avez voulu dire dans cette phrase, en dessous?
    « Et la conjuration magique des maladies ne nous oriente pas vers une vie sainte, avec la conversion à la clé, mais vers une santé sans souffrance et surtout sans croix… »
    On pourrais comprendre en fin de la phrase que la souffrance doit faire partie de la vie d’un être humain qui vie dans la foi du Christ, et que nous DEVONS porter une croix!
    Mon point de vue: Nous portons d’office tous nos « croix » et la souffrance quelque soit-elle fait malheureusement plus ou moins partie de la vie.
    Ce qui est important c’est de vouloir avancer et ce débarasser de ces/ses fardeaux et de ces/ses souffrances le mieux possible. Il n’y à rien de mal à vouloir chercher et obtenir le bonheur.
    Je précise bien, le « vrai » bonheur, à l’intérieur de soi.
    Merci pour vos réponses,
    Amicalement, Magdalene

  11. Vous avez raison de montrer que ce n’est pas simple… qu’il convient d’être nuancé… de ne pas vider le bébé avec l’eau du bain…
    C’est vrai.

    Mais il faut trancher dans certains cas. Et les aspects sectaires de Julio et de sa descendance militent dans le même sens.

    Vérité. Et charité.

    Amicalement.

  12. J’avoue que ns som là face à une vraie question. La magie blanche est mauvaise à cause de l’orgueil et de la manipulation du divin par la Créature. Mais où commence-t-elle? Est-ce le cas de l’abbé Julio? Autant les méthodes de dédoublement, recherches de pouvoirs (même pour le bien) etc., paraissent à proscrire, autant il paraît difficile d’être aussi catégorique pour l’utilisation de prières qui contiennent toutes un appel à la conversion, au progrès spirituel,au don du coeur, à la persévérance.L’abbé Julio met en garde contre toute utilisation mécanique (« on ne commande pas à Dieu ») ou superstitieuse (utilisation sans coeur ni esprit d’Evangile des cierges par exemple).
    Certes les églises « 100%bibliques » récusent tout « occultisme »… mais elles y englobent chapelet, intercession des saints, prière à la Vierge. Alors où commencent les extrêmes? D’autre part, commander à la maladie « au nom de Jésus » ne peut-il amener aussi des dérives??? Se placer « sous le sang de Jésus » etc, c’est une bonne intention, mais où est stricto sensu dans la Bible? Et quand des charismatiques reçoivent tel ou tel verset qu’ils s’approprient pour une guérison, un résultat??? Des fois c’est Dieu qui donne, des fois c’est eux qui proclament…jusqu’à ce qu’ils obtiennent.Foi? ou un peu d’aveuglement ou même d’égoïsme parfois? Alors? Peut-on trancher? Il faut prier pourtant.En dehors des cas évidents, tout n’est-il pas dans le coeur, le discernement, l’esprit dans lequel on agit??? Prudence, certes, mais si on prie avec un coeur pur (autant que possible)Dieu nous guidera et le Saint-Esprit, non? Après tout, si on veut pousser le bouchon un peu loin, le Notre-Père a parfois des allures d’auto-autorité « Donne-nous… » etc; simplement on a d’abord glorifié Dieu, on s’est mis sous son autorité. Il faut croire qu’il nous guide et nous éclaire, sans nous laisser nous égarer… et ne pas rompre avec son église chrétienne dans laquelle il nous a placés et dont le message a ses raisons… mais dans laquelle nous avons une part de liberté, de recherche, d’autonomie?

  13. Bonjour à tous, je viens de parcourir l’article laissé sur cette toile concernant l’abbé julio. Je vais aller droit au but, n’ayant pas l’habitude d’employer la langue de bois, me voici dans la mesure, étant pourtant chrétien, d’affirmer que toutes les religions sont des sectes en puissance par les hommes et les femmes qui les composent. Vous critiquez cet homme, ainsi que son ou ses moyens de faire le bien autour de lui. C’est marrant à chaque fois qu’un homme ou une femme apporte un réconfort auprès des autres, et qui peut être par le moyen de la foi pratique et rituelique, cela devient de la magie etc etc etc…
    Jésus n’a jamais demandé à ce que nous l’idolâtrions et encore moins que nous devions suivre à la lettre ses enseignements qui d’ailleurs ont été rapporté par ses plus proches. Je vous laisse le soin d’éclairer votre raisonnement, par les évangiles apocryphes et autres sources relatives au dogme catholique.
    Il n’est pas question pour l’homme de devenir un mouton, mais de devenir lui même en se réalisant autant faire se peut vers la Vérité.
    Il n’est pas question non plus de donner des perles aux pourceaux….a bon entendeur !
    Les religions deviennent des sectes quand les hommes se déchirent pour le pouvoir…et si j’en crois l’histoire le dogme catholique, protestant et les tous les autres ont du SANG sur les mains, afin d’assoir leur pouvoir et leur autorité….
    Alors si un homme comme l’abbé julio a sut tirer le maximum de sa foi, tout en ayant comme support pratique le christianisme et ses rituels, pour le bien des autres, il est pour moi, tout aussi honorable que d’autres mystiques d’autres confessions et qui ne sont pas si inquiété que cela de la forme….
    Il faut faire la différence entre, être soi et libre, d’être les autres et enchaînés par des compromissions….les religions qui vous apprennent à ne plus penser par vous même et qui prétendent détenir la vérité sont des SECTES EN PUISSANCE. Et cela l’homme JÉSUS l’a condamné….
    Bref derrière la lettre derrière la forme se cachent bien souvent les ténèbres d’où parfois peut surgir la lumière….
    L’abbé Julio n’a jamais prétendu être Dieu, ni de devenir khalif à la place du Khalif….
    Il ouvre la porte, dans ses écrits et ses prières à plus de Clefs opératives afin de s’ouvrir à la lumière de la guérison spirituelle, disons qu’il propose des voies annexes…..N’y a t’il pas plusieurs demeures dans la maison du Père !
    Si vous condamnez cet homme et sa foi, vous vous condamnez aussi, car il enracine son dogme au propre dogme catholique.Et si je ne m’abuse, cet abbé julio ne s’est pas enrichit lui….que dire du Vatican et de ses prélats qui au nom de la foi, s’assurent un bien être matériel suffisant à pouvoir sortir un pays en famine de la détresse…Que dire de ses prélats avec leur belles bagues aux doigts, leurs belles demeures…..
    Allons soyez honnêtes avec vous même, qui êtes vous pour condamnez un autre homme que vous même d’abord ! Amoins que vous ne soyez vous même meilleur que lui, pour lui indiquer la voie….LE BONNE VOIE !
    Si vous saviez comment s’est construire Rome, vous seriez alors comment s’est constuit le dogme catholique….Ah que de barbaries….MES FRERES.
    PS : je précise que je ne suis pas un fervent défenseur de l’universelle fraternité, mais que je ne supporte pas les donneurs d leçon qui pourtant s’appuie sur plus de deux mille ans de mensonges et de massacres au non de Dieu et du Dogme.

  14. Le Christ a donné une seule et unique prière , le notre père !
    Sachez qu’en disant cette prière , on s’adresse directement à Dieu !
    Monsieur l’abbé julio n’est pas DIEU et ne sera jamais Dieu !
    J’ai acheté tous les livres de l’abbé julio pour les étudier , depuis pas mal de temps déjà !
    Voilà mon verdict : le Christ n’aurait jamais cautionné de telles absurdités !
    Quand le christ écrasait le serpent avec son pied , quand il donnait de grands coups de pieds dans les étalages , quand il disait : et il en viendra d’autres , le Christ désignait aussi les gens comme l’abbé julio qui exploitent le psychisme des humains si naïfs !
    Adressez-vous donc directement à votre créateur et relisez certains passages de la bible bien plus efficaces , à mon goût , que l’abbé julio !

  15. Cher ami

    Vous êtes fort mal renseigné sur la Bible (je suis spécialisé en sciences bibliques) !

    Quant au reste, vous avez déjà les réponses; si vous lisez bien …

    Amicalement

  16. J’avoue chercher à analyser ce que l’on me dit, plutôt que de croire sans penser. Suite à de nombreux documentaires de discovery, national geographic, history channel etc, il est prouvé que ni la bible ni l’évangile n’ont été repris de manière fidèle par les catholiques de l’époque qui les réadaptèrent largement. Enlevant par exemple la plupart des miracles y étant notifiés et les prières d’appel à dieu de caractère hautement spirituel ou esoterique.
    Bref, que cela ait fait que l’église actuelle ne veuille pas de lien c’est une chose. Ce que je ne comprends pas c’est que des prières qui solicitent le bien, appelent l’intercession d’anges, de saints ou de dieu puissent être cataloguées comme mauvaises. L’abbé julio n’a t il pas fait de miracles par la foi? On parle de magie blanche, mais qu’est-ce que c’est en faite? Est-ce si mal qu’on le prétend? ou le mal qu’on lui attribue est-il uniquement lié à la méconnaissance de celle-ci.
    J’en reste sur ces questions les post précédents ne m’ayant pas convaincus…

    Avec tout mon respect pour les avis précédents,

  17. Bonjour Lilas,

    La prière magique, ou l’esprit magique de la prière, n’est pas forcément perceptible à travers des formules précises, des incantations ciblées…

    À partir du moment où l’on se sert des Psaumes en disant : tel psaume guérit telle catégorie de maladie, on est dans la magie, c’est-à-dire dans la prétention à mettre la main sur Dieu, ici à partir de sa Parole… Ce n’est pas nouveau : Jésus tenté au désert s’entend dire par le démon : « change ces pierres en pain, car il est écrit… »

    Dieu guérit qui il veut, quand il veut, comme il veut. Mais l’homme ne peut pas prétendre obliger Dieu à guérir sous prétexte qu’il récite tel psaume. Et s’il y a un effet de guérison, ce n’est pas Dieu qui a agi, mais le démon, qui n’est pas avare de réponses de ce genre pour mieux nous faire basculer dans la magie…

    Par ailleurs, relisez le bas du texte, la citation de l’Abbé Julio lui-même, et relisez les posts en dessous…

    Amicalement

  18. Bonjour,

    Je suis entrain de lire « Les grands secrets merveilleux pour aider a la guerison de toutes maladies physiques et mentales » . A mon humble avis il n y a pas que des choses mauvaises dans ce livre. Quelques passages cites si haut m ‘ont etonnes aussi, mis a part ca, je ne vois pas quel mal il y a essayer de faire guerir par les psaumes de David? Dans la religion juive, il existe une etude de ces psaumes egalement pour la guerison… Quelles formules magiques trouvez vous dans ces prieres, je trouve qu il y a des prieres magifiques et je n utilise pas les parchemins,pentacles car je ne les comprends pas… Si le danger venait de la.

    Cordialement,
    (Pardon pour les accents, mais j ai un clavier qwerty)

  19. Bonjour
    Je ne connais pas Marika de Montalban; mais une rapide recherche sur internet montre que ses publications de livres de prières tournent autour de l’exploitation et l’entretien d’une mentalité magique. À partir du moment où l’on propose les « plus puissantes prières pour » ceci ou cela… on n’est plus dans la disponibilité au Père que Jésus nous a enseignée : « Que ta volonté soit faite »…
    Vous pouvez donc laisser ce livre de côté. Si vous souhaitez vous en débarrasser, il faut le détruire de la façon que vous estimerez la meilleure pour éviter qu’il ne tombe en d’autres mains.

    Dans cette interview du P. Verlinde que j’ai mise en ligne ici http://charismata.free.fr/?p=491 vous pouvez lire :

    Et que diriez-vous de ces prières dont l’efficacité est garantie, à condition de les répéter un nombre déterminé de fois dans des circonstances bien particulières, accompagnées de tout un rituel ?

    Vous venez de décrire un exemple de pratiques dénoncées par la Tradition sous le terme d’« art notoire ». Ce mot désigne un ensemble d’exercices de piété – en soi respectables – qui doivent être accomplis selon une procédure codifiée, dans le but de produire « immanquablement » l’effet escompté. Il est clair que ce genre de pratique, dont l’intention n’est plus la glorification de Dieu mais l’obtention « certaine » d’un résultat, n’est rien d’autre qu’une pratique magique condamnable.

    Elle se fonde pourtant sur la prière et sur des exercices de piété…

    Certes, mais détournés de leur finalité. Nous retrouvons l’esprit et la procédure de la démarche magique qui prétend manipuler le divin et le contraindre à répondre à nos exigences. Saint Augustin n’hésite pas à dénoncer ces « recettes » comme des « pactes symboliques où l’on traite et fait alliance avec les démons, que le chrétien doit rejeter totalement et fuir ». Actuellement bon nombre de « chaînes de prières efficaces » circulent – même en milieu chrétien. Elles invitent à accomplir certains actes de piété, et demandent à ce que ces recommandations soient ensuite transmises à un nombre déterminé de personnes. L’obéissance à cette procédure est censée garantir l’efficacité de la démarche. L’invitation s’accompagne parfois d’une liste de dangers encourus par les présomptueux qui se risqueraient à interrompre la chaîne. La Conférence épiscopale française a sérieusement mis en garde les croyants contre cette forme contemporaine de « l’art notoire », la dénonçant comme une pratique superstitieuse dangereuse.

    Bien amicalement.

  20. Bonjour, j’ai lu cet article avec grand intérêt. J’ai à la maison un livre de Marika de Montalban, intitulé 300 prières de guérison miraculeuses. Ce livre est il assimilable à celui de l’abbé Julio? Si tel est le cas, que dois je faire de ce livre? m’en débarrasser, mais comment? Merci d’avance pour votre réponse.

  21. Bonjour Suzy,

    Si vous avez regardé l’article que j’ai mis en ligne, vous avez, je l’espère, décelé que le personnage de l’abbé Julio n’est pas tout-à-fait clair, et qu’il donne largement dans ma magie blanche… Ses délires de toute puissance n’ont pas grand chose à voir avec l’humilité de la foi. La magie blanche demeure de la magie, même si elle est exercée au nom des saints ou du Christ.

    La magie blanche opère à double effet : dans un premier temps, le petit (ou grand) bien-être que vous demandez; dans un second temps, assez longtemps après pour qu’on ne puisse faire le lien entre les deux, un dysfonctionnement spirituel et psychique, signe d’un lien occulte et d’une porte ouverte en direction du démon, à la porte duquel finalement on est venu frapper. Et la conjuration magique des maladies ne nous oriente pas vers une vie sainte, avec la conversion à la clé, mais vers une santé sans souffrance et surtout sans croix…

    Jésus n’a pas guéri tous les malades. Il a guéri et libéré bien des personnes sur son chemin, soit par pure compassion, soit pour en faire des témoins. Car le ministère de guérison n’a de sens que dans le cadre de l’évangélisation. Sinon, nous sommes au niveau des thérapies de bien-être, si répandues aujourd’hui…

    Jésus guérit le paralytique. D’abord, il lui dit : tes péchés sont pardonnés. Ensuite : lève-toi. Pas de guérison qui ne s’intéresse qu’au bien-être du corps; mais un chemin ouvert vers le pardon des péchés…

    Que les prêtres soient inattentifs à prier pour la guérison des malades, ou bien ne croient pas vraiment que Jésus puisse guérir aujourd’hui encore, je vous l’accorde. Mais cela ne peut nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

    Restant à votre disposition.
    Bien cordialement.

  22. Bonjour, pourquoi critiquer l’abbé Julio qui a guéri des malades au NOM du CHRIST??? A qui fait-il en réalité de l’ombre ?

    Pourquoi les prêtres ne guérissent-ils pas les malades alors que les apôtres on pu le faire par le don de l’Esprit Saint transmis par le Christ. Cette carence est troublante et j’aimerai qu’on me donne une explication vraiment valable sur ce sujet. Catholique, je suis très déçue par cela, entre autre.

  23. j’ai bien failli me faire avoir par ces livres que j’avais commandé et retournés aussitôt et après avoir lu sur internet ce qu’il en était de cet abbé julio c’est un prêtre défroqué qui a détourné la vraie parole de dieu à son insu, ce que j’ai bien failli faire à cause de lui heureusement le st esprit veille sur nous et jésus guérit il y a des miracles qui s’accomplissent dans les églises évangéliques par qu’ils croient aux commandements de jésus d’aller imposer les mains aux malades et ils seront guéris » c’est très simple y a pas de magie blanche

Les commentaires sont fermés.